donner à l'alefpa twitter de l'alefpa facebook de l'alefpa youtube de l'alefpa linkedin de l'alefpa viadeo de l'alefpa

Hommage à Daniel Delestré

Lorsqu’on s’adresse à M. Delestré, on ne sait jamais trop bien si l’on s’adresse à l’Homme public reconnu qu’il est, à « l’ancien de l’ALEFPA », ou tout simplement à ce citoyen comme les autres, humble de sa personne.

Car c’est avant tout, cette humilité qui transparait, cette force tranquille, qui fait que les sujets ne sont jamais passionnés mais traités avec tout le recul nécessaire. Et les personnes assises autour de cet homme public, en connaissance de cause, savent que leurs voix seront entendues. Toujours le consensus… ça fait défaut par les temps qui courent.

En tant que professionnel de l’ALEFPA, j’ai eu à traiter avec M. Delestré, plus exactement Daniel comme il souhaitait que nous l’appelions avec le tutoiement en guise de rigueur. J’ai toujours été impressionné par sa connaissance de nos dossiers actuels, comme s’il n’avait jamais quitté l’ALEFPA. Ses préoccupations pour nos projets en cours et sa montée au front en tant qu’élu pour nous soutenir coûte que coûte.

Si ce n’est ses yeux bleus, son teint clair et son accent du nord, je ne me serais jamais douté que Daniel n’était pas né sur cette terre dure, cette terre qui créé des gens forts, combatifs, terre à terre et qui savent que le résultat n’est jamais garanti et peut être balayé d’un coup de « roufaque », d’où cette humilité.

Je ne me serai jamais douté que Daniel était au départ, un « produit importé » de l’ALEFPA tant il s’était imprégné de la mesure des combats à mener. Il a pris ses fonctions de chef comptable le 5 mars 1973 pour prendre une retraite bien méritée le 1er juillet 2006, soit 33 ans de loyaux services.

Mais le mot retraite est-il bien approprié pour un homme qui n’a cessé de continuer les combats pour l’ALEFPA, pour sa commune mais aussi pour les hauts cantons qu’il n’a plus jamais quitté et ce jusqu’au dernier jour.

Daniel, la Cerdagne est devenue ta terre d’adoption, tu le lui a rendu mille fois.

Tu seras toujours présent parmi nous.

 Jacques Arévalo

Revenir